Actualités

Mort de Florian Schneider, pionnier de la musique électro et cofondateur de Krafwerk

Le musicien allemand Florian Schneider-Esleben, cofondateur du groupe Kraftwerk, est mort des suites d’un cancer à 73 ans, a annoncé mercredi l’un des managers du groupe, qui avait popularisé la musique électronique dans les années 1970.

La musique électronique a perdu l’un de ses pionniers. L’Allemand Florian Schneider-Esleben, cofondateur du groupe Kraftwerk, est mort d’un cancer à 73 ans, a annoncé mercredi 6 mai l’un de ses managers.
« Florian Schneider est décédé d’un cancer fulgurant, quelques jours seulement après son 73e anniversaire », a indiqué à l’AFP Alexandra Greenberg, citant des propos de l’autre fondateur de Kraftwerk, Ralf Hütter.
La collaboration entre les deux musiciens avait débuté en 1968 avant qu’ils ne fondent deux ans plus tard à Düsseldorf, ville de l’ouest de l’Allemagne, Kraftwerk.

Né dans la Ruhr industrielle, ce groupe entendait développer une musique typiquement allemande, mariant leur langue maternelle aux sons des grandes villes, à rebours de la pop anglo-saxonne apportée par les troupes d’occupation. Sa musique, alliant basse obsédante, nappes de synthétiseurs et boîte à rythmes, a séduit le public et bon nombre d’artistes, de David Bowie à Daft Punk. La déformation des voix au « vocoder », marque de fabrique du groupe, est devenue un classique.

Leurs paroles, en allemand puis en espagnol, russe, polonais ou japonais, font également d’eux des précurseurs : dès les années 1970, elles tournaient autour de l’omniprésence des machines et du rôle croissant de la technologie dans la vie quotidienne.

Groupe avant-gardiste et acteur influent de l’art contemporain, Kraftwerk enchaînera les succès mondiaux avec ses titres Autobahn (1974), Radio-Aktivität (1975), Trans Europa Express (1977), Die Mensch-Maschine (1978) ou encore Tour De France (2003).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *